Articles avec #restaurants tag

Publié le 12 Mars 2017

Je vous présente mon dernier coup de coeur du moment, en même temps, cela faisait 2 ans que je souhaitais aller goûter la cuisine de Nicolas Guiet, l'ancien second de la Mare aux Oiseaux. Un conseil, téléphonez au moins 10 jours à l'avance car ce restaurant affiche complet tous les soirs !

J'avais lu que l'U.ni était l'une des meilleures tables de Nantes, et je dois vous avouer, nous n'avons pas du tout été déçus !

Vous venez découvrir avec nous cette belle maison au décor raffiné ?

Nous avions choisi le menu en 4 temps (entrée, poisson, viande et dessert pour 41 €). Vous vous laissez guider par le chef, vous signalez simplement quelles sont vos intolérances, allergies ou difficultés avec l'un ou l'autre produit et le chef vous concocte un délice pour vos papilles, allez, c'est parti !

 

Nous avons d'abord eu en amuse-bouches, des fins crackers au blé noir à tremper dans un dips aux cocos de Vendée, très savoureux et plein de saveurs. Cela vous met vraiment en bouche...

Puis un bouillon végétal extrêmement parfumé servi à la japonaise dans un très beau petit bol, j'adore !

En entrée, une très belle présentation de morceaux de rouget snackés sur la peau avec des morceaux de poulpe, un gressin fait en pain pita, une sauce excellente à mi-chemin entre une sauce hollandaise et... je ne sais plus, mais à saucer avec du bon pain, c'était divin ! Le poisson était accompagné d'un tiramisu à la mâche, tranche de radis noir et éclats de noisettes, tout ce que j'adore !

 

J'avais lu dans "les Tables de Nantes" éditions 2016 qu'il magnifiait de plus en plus le végétal. Je partage entièrement cet avis. Moi-même qui me tourne de plus en plus vers une cuisine végétale, cette sensation de mâche au sein du tiramisu était parfaite !

Restaurant l'U.NI à Nantes

Pour le plat de poisson, il s'agissait d'un morceau de cabillaud cuit à basse température, ce qui lui conférait une texture très moelleuse, assez déconcertante, accompagné de betterave en plusieurs déclinaisons : crue, cuite, en compotée limite gelée. Le tout était accompagné de fregola sarda (petites pâtes sardes sphériques) et d'une émulsion passion estragon, un mélange assez improbable, c'était juste sublime !

Restaurant l'U.NI à Nantes

Vint ensuite le plat de viande avec un morceau de Pata Negra chaud cuit un peu comme un magret de canard accompagné d'une brunoise de salsifis et persil racine, lamelles de champignons et d'une sauce barbecue et à la sauce soja, quenelles de purée de céleri et de piquillos. J'ai moins apprécié les quenelles de purée, par contre, ce pata negra cuit à la perfection m'a réconciliée avec la viande...

Restaurant l'U.NI à Nantes

Nous avons terminé le repas avec un Paris-Brest revisité. Dans ce dessert, le chef a travaillé la pomme de plusieurs façons. J'adore les desserts où l'on travaille le fruit de plusieurs façons (voir ici).

Le chou était rempli de crème à la pomme et aux cranberries. Par dessus, il y avait un espuma pomme caramel sur lequel étaient disposées de fines lamelles de pomme granny.

Une belle quenelle de glace au caramel, une compotée de pommes, une tuile caramel au blé noir et une délicieuse gelée de pommes acidulées à peine sucrée pour terminer la description de l'assiette...

 

Restaurant l'U.NI à Nantes

En mignardises, des financiers aux berlingots nantais, nous avions hésité pour le menu en 5 plats mais cela aurait été de trop !

Bref, vous l'aurez compris, nous avons été conquis et nous n'attendrons pas 2 ans pour y retourner...

Petit plus non négligeable, le service est très professionnel et le chef vient vous saluer lors de votre départ et vous pouvez discuter avec lui.

Voir les commentaires

Rédigé par Caouete

Publié dans #Restaurants

Repost0

Publié le 25 Février 2017

Vous habitez dans la région nantaise et vous cherchez un restaurant dans une belle bâtisse, un excellent rapport qualité-prix à base de produits de saison ?

J'ai ce qu'il faut pour vous, il s'agit du Pavillon à Saint-Herblain, dans la banlieue ouest de Nantes. 

J'y suis allée avec des copines et nous avons opté pour le menu Pavillon : entrée, plat, dessert et café pour 28 €.

J'ai pris en entrée le mille-feuilles de magret de canard fumé maison au pain d'épices et confit de panais à l'orange.

Restaurant Le Pavillon à Saint-Herblain

Puis en plat, j'ai choisi un filet de merlu, émulsion de potimarron et gratin de légumes racines.

Restaurant Le Pavillon à Saint-Herblain

Enfin en dessert, j'ai opté pour l'assortiment de petits desserts maison.

Restaurant Le Pavillon à Saint-Herblain

Je vous mets aussi la photo de l'ananas créole, crème passion & tuile coco...

Restaurant Le Pavillon à Saint-Herblain

et celle du craquant aux poires & caramel à la fleur de sel car les assiettes étaient très belles...

Restaurant Le Pavillon à Saint-Herblain

Voir les commentaires

Rédigé par Caouete

Publié dans #Restaurants

Repost0

Publié le 21 Septembre 2016

Cela fait bien longtemps qu'il n'y a plus eu d'article concernant un restaurant sur le blog. Nous allons régulièrement au restaurant mais j'ai toujours beaucoup de mal à sortir mon téléphone pour prendre des photos, je préfère profiter de l'instant présent. Mais cette fois-ci, j'avais envie de partager avec vous notre magnifique dîner au domaine de la Bretesche. Magnifique car le cadre est bucolique, nous avions la chance de dîner devant une fenêtre et de profiter pleinement de la vue sur le château et le lac.

Pour fêter les 15 ans de notre rencontre avec Mr Caouète, je l'ai donc convié dans un très bel endroit pas très loin de chez nous. Le domaine de la Bretesche se situe à la lisière des départements entre la Loire-Atlantique et le Morbihan.

Nous avons dîné au restaurant Le Montaigu, une étoile au guide Michelin. La cuisine du chef Thierry Karakachian est influencée par la cuisine japonaise, ce qui n'était pas sans nous déplaire.

Désolée pour la qualité des photos mais elles ont été prises avec mon téléphone à la tombée de la nuit...

3 amuse-bouches avant de manger l'entrée :

- 1 mini dôme extrêmement brillant au foie gras sur pain brioché, un autre mini dôme cette fois au saumon fumé et un long gressin à plonger dans une pannacotta au chèvre et au poivron,

Le domaine de la Bretesche à Missillac

- 1 tataki de bonite

Le domaine de la Bretesche à Missillac

- 1 gaspacho extrêmement délicat et très bien relevé (des mini croûtons bien croustillants plongeaient même dans la verrine)

Puis, j'avais choisi l'artichaut camus aux aromates, tourteau émietté enrobé de crème de crustacés et légumes croquants. Une très belle entrée, la crème de crustacés était délicieuse.

Le domaine de la Bretesche à Missillac

Mr Caouète a été déçu par son entrée sardine simplement marinée aux agrumes et à la fleur de sel fumée, poivron confit. C’était une très belle présentation mais un peu simple et frugal selon lui.

Ensuite, nous avions pris tous les 2 le Saint-Pierre parfumé au Kombu royal, courgettes violon épicées et jambon ibérique. Ce plat était juste fantastique tant par sa présentation que par l'équilibre des saveurs.

Le domaine de la Bretesche à Missillac

N'aimant pas le fromage, j'ai demandé à remplacer le chariot de fromages par 1 dessert (ce qui me faisait 2 desserts, miam). J'aime beaucoup ce genre d'établissement car on vous répond toujours oui avec le sourire. Ce n'est pas comme dans des pseudos-restaurants gastronomiques où le moindre écart par rapport au menu est inenvisageable.

J'ai donc commencé par le labyrinthe de framboises, crémeux framboises, relevé de son vinaigre aux baies de Tasmanie et mousse d'amande. Pour ce dessert, j'ai été plutôt déçue de la présentation beaucoup trop simpliste à mon goût. Mais le mélange des saveurs entre amandes, framboises et groseilles était très bon.

Le domaine de la Bretesche à Missillac

Puis, j'ai pu goûter au tout chocolat dans son fauteuil, une très belle présentation, j'osais à peine le casser pour le manger. Ce fauteuil était posés sur une crème au chocolat Dulce.

Coque au chocolat noir, mousse au chocolat puis cet étonnant coussin glacé trônant au milieu sur une sorte de flan au chocolat. Enfin, quand on arrive à la dégustation de la base du fauteuil, un autre grand cru de chocolat vient émoustiller mes papilles. Ce fauteuil en chocolat était très très bon.

Le domaine de la Bretesche à Missillac

J'étais contente d'avoir choisi les 2 desserts car ils se complétaient à merveille. Seul, le labyrinthe était trop simple. Seul, le fauteuil en chocolat manquait de framboises !!

Enfin, je n’avais jamais vu cela, est arrivé le chariot de mignardises, oui, oui, un chariot de mignardises. On pouvait choisir ce que l'on voulait dans les différentes bonbonnières. Je me suis donc délectée avec une pâte de fruits ananas-citron vert, un financier au miel et un chamallow à la noix de coco.

Autant vous dire qu'après tout cela, nous n'avions plus faim et nous avions surtout passé un agréable moment !

Voir les commentaires

Rédigé par Caouete

Publié dans #Voyage, #Restaurants

Repost0

Publié le 22 Août 2015

Me revoici sur le blog après un mois d'absence, un mois de vacances bien remplies : une dizaine de jours en Dordogne et dans le Lot où nous avons déjeuné dans un très bon restaurant (l'objet de l'article d'aujourd'hui), quelques jours pour souffler à la maison, le temps de faire tourner quelques machines de linge sale puis 15 jours d'un magnifique circuit dans le nord du Portugal et la région de Lisbonne.

Voici donc ce que nous avons mangé à l'O à la bouche à Cahors.

Pour le déjeuner, le menu O saveurs de saison (entrée, plat, dessert et café) est à 27 €, Le menu O allées gourmandes (amuse-bouche, entrée, plat, dessert et café) est à 40 €. J'ai choisi le petit menu avec une préférence pour le dessert du menu le plus cher et il n'y a pas eu de souci pour l'obtenir, signe de souplesse et d'un bon accueil.

Déclinaison autour de la tomate pays et tempura de sardines pour moi

Le restaurant "L'O à la bouche" à Cahors

Les différentes préparations de tomates étaient délicieuses : green zebra crues, glace à la tomate, tomates en gelée et tomates marinées. Par contre, un peu déçue par le tempura de sardines, il s'agissait plus d'un beignet de sardines que d'un tempura dont la pâte à beignet est beaucoup plus fine et légère. C'était très bon quand même !

Fine tartelette de seiche au Colombo, purée de petits pois, chorizo et bergamote pour Mr Caouète, une très jolie présentation toute en couleurs...

Le restaurant "L'O à la bouche" à Cahors

Ensuite, j'ai goûté au poivron farci au boeuf bourguignon, espuma de pomme de terre nouvelle et haricots rouges épicés

Le restaurant "L'O à la bouche" à Cahors

La photo n'est pas très jolie, désolée. Il s'agit d'un poivron farci avec de petits morceaux de bœuf cuisinés à la bourguignonne avec des haricots rouges. Le tout était recouvert d'un espuma de pommes de terre. Une vraie expérience gustative, j'ai adoré !

Pavé de thon rouge de nos côtes juste saisi, purée de pois chiches et pesto de roquettes pour Mr Caouète.

Le restaurant "L'O à la bouche" à Cahors

Le thon était extrêmement moelleux, un pur délice !

Enfin le dessert ! Nous avons tous les 2 choisi le même : autour de la fraise Mara des bois et bonbon au citron vert. J'adore la fraise Mara des bois, je ne pouvais pas passer à côté de ce dessert. Le dressage de l'assiette était très réussi, les différentes préparations à base de mara des bois aussi !

Fraises nature, sorbet à la fraise, préparation crémeuse, meringue à la fraise, bonbon au citron vert et au basilic thaï. Seuls les mini cannelés trop peu parfumés à la fraise n'apportaient rien d'extraordinaire à ce dessert.

Un excellent rapport qualité-prix pour ce restaurant situé en plein centre de Cahors, dans le Lot.

Le restaurant "L'O à la bouche" à Cahors

Voir les commentaires

Rédigé par Caouete

Publié dans #Voyage, #Restaurants

Repost0

Publié le 8 Mai 2015

Je résumerai notre week-end de 3 jours à l'abbaye de Fontevraud en 3 mots : luxe, calme et volupté. Nous souhaitions passer un moment détente à 2, sans les enfants et ce lieu a entièrement répondu à nos attentes.

L'abbaye Notre-Dame de Fontevraud est située dans le Maine et Loire entre Chinon et Saumur, des régions viticoles bien connues.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

L'année dernière, le prieuré Saint-Lazare, jadis dédié au repos des religieuses, a été entièrement restauré et transformé en un restaurant, bar et hôtel quatre étoiles. Le mariage du moderne dans des bâtiments de presque mille ans est vraiment très réussi, on se plonge tout de suite dans l'ambiance.

Nous avions réservé le grand menu avec les vins en accord.

Nous avons choisi de prendre l'apéritif dans l'iBar, un bar résolument moderne dans la vieille chapelle restaurée, un vrai bijou ! Nous avons adoré ce mélange de l'ultra-moderne (les tables sont des tablettes géantes interactives !) dans un monument ayant traversé les siècles.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Ce bar étant un bar à bulles, l’apéritif proposé était forcément à base de Saumur pétillant agrémenté d'un kumqat confit et de sirop d'épices. Il était accompagné d'une madeleine à la sauge et au miel de l'abbaye. Nous en profitons pour siroter notre verre en jouant une partie d'échecs numérique sur la table.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Nous n'avons malheureusement pas le temps de terminer notre partie car nous sommes attendus au restaurant, un serveur nous emmène dans la salle de restaurant autour du cloître en nous faisant visiter les cuisines du chef Thibaut Ruggeri.

Nous avons la chance d'être placés sur une petite table donnant directement sur le cloître. Le repas peut commencer.

Je tiens à préciser un détail qui m'a frappée dans l'iBar et dans le restaurant. Afin de garder l'ambiance propre à l'abbaye, il n'y a pas de fond musical. Un silence règne dans ces lieux, c'est magique, c'est vraiment ce qu'il nous fallait !

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Le repas commence avec le rituel de l'abbaye : pain sec et eau. Ce rituel a bien sûr évolué et on nous a proposé une soupe froide d'asperges vertes accompagnée d'une tuile aux amandes.

Le chef nous a d'abord proposé, en première entrée, la révolution de printemps. Il s'agissait d'une entrée végétarienne. Plusieurs cercles d’artichaut décorent l'assiette, entre ces cercles est déposé un coulis de betteraves rouges, une quenelle de glace au fromage de chèvre (que je me suis empressée de donner à Mr Caouète :--). En fait, je voulais tellement me débarrasser de cette glace (je déteste le chèvre) que je me suis pressée pour prendre la photo qui est floue !!

Sur cette révolution sont déposées des légumes de printemps (betteraves, radis, asperges...). Un délice végétarien pour commencer, accompagné d'un verre de Chenin blanc (AOC Saumur blanc) les Fresnettes du château de Targé.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Arrive ensuite la deuxième entrée : la truite fario en imprimé baroque, une merveille visuelle.

Un relief scintillant a été imprimé sur la truite fumée, c'est juste sublime ! Elle est entourée par de très fines particules de pain grillé et est accompagnée d'un montage à base de blinis, tagliatelles de concombre et sauce au wasabi. J'en salive encore !

Ce plat était accompagné d'un verre de Sancerre (les Chasseignes, domaine Fouassier).

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Le poisson servi ce soir-là sera du bar complètement zébré d'encornet, ces 2 ingrédients étant finement associés à du chorizo et à une émulsion parfumée à l'ail.

Le sommelier a choisi d'accompagner ce plat de poisson d'un verre de vin rouge, un Anjou Villages Brissac de J-Y A Lebreton domaine des Rochelles "la croix de mission". Ce vin nous a tellement plu qu'en rentrant chez nous, nous avons fait un petit détour pour acheter quelques bouteilles.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Afin de marquer une petite pause, le chef a revisité la religieuse en nous proposant une religieuse glacée à base de sorbet au radis, zestes de citron et pomme tapée, une spécialité de la région. J'ai adoré cette petite religieuse girly sur sa très jolie assiette.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Ensuite, le chef nous propose le bœuf rouge des prés dans un bouillon bergamote. Je suis aux anges car j'adore la bergamote, cet agrume qui parfume le thé earl grey.

Ce plat de viande était à tomber ! En effet, la cuisson du bœuf était juste parfaite. Il baignait dans un bouillon très parfumé à la bergamote et était accompagné de céleri, carotte, petits oignons et asperge verte. Seul bémol : une plus grande pièce de bœuf aurait été appréciée !

Un verre de Chinon domaine de le la Noblaie était proposé.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Arrive ensuite le large choix de fromages auquel je n'ai évidemment pas goûté, j'ai préféré me réserver pour les 2 desserts qui ont été précédés d'une petite surprise sucrée à base de sorbet à la rose, pomme tapée et meringue : quelques délicates bouchées avant de s'attaquer aux desserts...

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Le premier dessert s'intitule de la sorte : un peu de douceur sans beurre, ni crème.

A la lecture du menu, quand nous avons réservé le restaurant, j'étais ravie car ayant supprimé les produis laitiers de mon alimentation depuis environ 1 an, ce dessert ne pouvait que me convenir...

Je me demandais bien ce que le chef nous allait nous concocter et je n'ai pas été déçue du voyage : un dessert à base de quinoa, de fraises crues ou en sorbet, de purée de pruneaux, de mousse de lait (il y avait quand même du lait, tant pis !) et de meringues. Ecrit sur papier, cette association peut paraître étrange mais cela marche très bien et c'était très gourmand !!

Pour les desserts, nous avions le choix entre un verre de Coteaux du Layon et un Saumur cuvée flamme brut de Gratien & Meyer.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

Il nous restait encore un tout petit peu de place après ce voyage gastronomique en pays de Loire et malheureusement nous n'avons pas du tout accroché au deuxième dessert ! La présentation était jolie mais le goût n'était pas au rendez-vous. L'association citron jaune et olive noire nous a complètement déplu ! Nous n'avons même pas terminé nos assiettes. J'étais triste car je suis plutôt bec sucré que salé mais je garde quand même un excellent souvenir de cette soirée mémorable qui s'est terminée par la dégustation d'un jus d'herbes aromatisé avec du miel issu des ruches de l'abbaye.

Un week-end magique et gourmand à l'abbaye de Fontevraud

La suite de notre séjour dans un prochain article..

Voir les commentaires

Rédigé par Caouete

Publié dans #Voyage, #Restaurants

Repost0